Revue 141

RÉSUMÉS du N° 141

Anne Marie Fribourg
Des bijoutiers lorrains au Brésil (2e partie) : ceux d’Hellimer
On rencontre principalement dans cette suite, des familles originaires d’Hellimer qui se sont implantées dans différentes parties du Brésil et notamment à Manaos en Amazonie. On y trouve les familles Worms, Nora, Schill, Kahn et Polack.

Laurent Moyse
Les bons filons de la famille Hochschild
Au début du vingtième siècle, des Juifs allemands du nom de Hochschild résident à Metz. Deux membres de cette famille sont enrôlés en 1914 comme soldats dans l’armée allemande et tombent sur le champ de bataille. Originaires de Hesse, les Hochschild s’éparpillent aussi en Amérique où ils s’illustrent dans le commerce et l’industrie.

Thierry Samama
Le Grand Rabbin de Tunisie Yechoua Bessis (1773-1860) était-il originaire d’Algérie ?

R. Yechoua Bessis (1773-1860), né à Tunis dans une famille très pauvre, Grand Rabbin de Tunisie, est l’un des rabbins tunisiens les plus connus et les plus vénérés. L’anniversaire de son décès est encore célébré de nos jours le 9 tevet. Mais un acte notarié, conservé aux Archives diplomatiques et mis au jour par l’auteur, allègue une naissance à Alger du père de R. Yechoua. Ce document étant d’interprétation délicate, nous le publions, nous évaluons le crédit à lui apporter, en tirons les conséquences généalogiques, et publions l’arbre de descendance de R. Yechoua Bessis.

Gilles Boulu, Alain Nedjar, Liliane Nedjar, Raphaël Attias
Registres de ketubot inédits de la Communauté juive de Livourne (1626-1890)

Les auteurs font part de la découverte d’une source exceptionnelle pout la généalogie : une série quasi complète de registres de ketubot de la Nation juive de Livourne, contenant plus de 6800 actes, de 1626 à 1890. Les auteurs ont traduit ces contrats de mariage et les publient dans un ouvrage à paraître au CGJ. Ce travail, qui contient également la reconstitution du parcours et de la généalogie de 30 familles ainsi que des données onomastiques et statistiques, s’inscrit dans la continuité des publications antérieures consacrées à la communauté juive portugaise de Tunis. Le spectre des recherches s’étend alors non seulement à l’Italie, mais aussi à l’Afrique du Nord et à l’Empire ottoman.

Florence Géry
Chronique d’un épisode d’antisémitisme à Corfou, en 1891

En avril 1891 dans la petite île de Corfou, à la veille de la Pâque juive, Rubina Sarda, fillette juive de huit ans, est assassinée. Alors que la victime est présentée à tort comme chrétienne, ce crime est immédiatement imputé aux Juifs accusés de crime rituel. Durant plusieurs semaines le quartier juif et ses habitants subissent de violentes exactions. L’Alliance Israélite Universelle dépêche sur place un envoyé spécial en la personne de Semtob Joseph Pariente qui, en moins de trois mois, oeuvre avec maîtrise et diplomatie pour arrêter l’émigration et rassurer la communauté juive corfiote. Ce crime, destiné à créer une agitation anti-juive dans une période électorale défavorable aux autorités locales, est resté impuni.

Lire en ligne et télécharger (réservé aux adhérents abonnés à la revue)

Acheter ce numéro (exemplaire papier)