L’ancien cimetière israélite de Nantes 1846 - 1992

Qui croirait que dans cet espace exigu, enclavé dans le cimetière Miséricorde et clos de murs, se trouve le cimetière israélite de Nantes, parterre de près de soixante tombes, où reposent une centaine de défunts ? Utilisé de 1846 à 1992, ce petit cimetière, aujourd’hui pratiquement oublié, est apparu à Liliane Nedjar comme une sorte de musée à ciel ouvert.

À partir d’un travail de terrain méthodique – photographies de la totalité des tombes et relevé exhaustif des inscriptions –, Liliane Nedjar a mené des recherches généalogiques poussées. Il en résulte un ouvrage à la fois attrayant et documenté : à la photographie de chaque tombe, correspondent des arbres généalogiques, des notices généalogiques et biographiques, permettant de situer les défunts dans leurs lignées familiales.

On découvre ainsi des personnages souvent atypiques, aux origines diverses. Si près du quart d’entre eux sont natifs de Nantes, la plupart sont venus d’ailleurs, principalement de Lorraine et d’Alsace, mais aussi de Paris, de Bordeaux ou de pays plus lointains (Russie, Pologne, Allemagne….).

Une riche iconographie, formée de documents parfois inédits, illustre le rôle de quelques-uns de ces “Juifs de l’ouest” dans des secteurs importants de la vie nantaise, de la presse aux grands magasins.

Avec cet ouvrage, une pierre de plus aura été posée, dont chacun sait qu’elle est aussi solide que l’âme des défunts.

 

Acheter cet ouvrage