Généralités sur Metz

LE CAS PARTICULIER DE METZ avant la Révolution


Le fait nouveau a été le rattachement des Trois Evéchés à la France en 1552 et l’installation de garnisons militaires. Le Roi de France, éprouvant l’utilité des juifs pour ses besoins militaires, autorisa 4 familles juives à s’installer à Metz en 1567. La communauté ainsi créée se développa tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles jusqu’à atteindre 2200 membres en 1790. L’ouvrage de référence sur cette communauté est le livre de Pierre-André MEYER «La communauté juive de Metz au XVIIIe siècle. Histoire et démographie»., Nancy, PUN - Metz Editions Serpenoise, 1993, 335 p. (Réf. L072 de notre Bibliothèque ou Fonds de documentation.)

Pour des recherches généalogiques, nous disposons de plusieurs sources :

1°) Les divers recensements effectués 8 fois entre 1567 et 1790 (Liste donnée par Pierre-André-MEYER) sont découpés en quatre parties: 1567- 1665, 1710-1717, 1789 et 1790. Nous avons aussi 6 listes établies entre 1627 et 1662 (Liste donnée par Pascal FAUSTINI). Ces listes sont réservées à nos adhérentds. Elles ne donnent souvent que les noms des chefs de famille et sont parfois difficiles à interpréter en raison des orthographes variables des patronymes.

2°) A partir de 1717 et jusqu’en 1792, les juifs de Metz ont dû déclarer naissances, mariages et décès, ce qu’ils ont fait avec plus ou moins de rigueur. L’ensemble de ces données a été analysé par Pierre-André Meyer dans ses « Tables du registre d’état civil de la communauté juive de Metz, 1717-1792 », CGJ, 2e éd. 1998, 460 p. (réf. L001). Avec les notes de l’auteur, on parvient à suivre certains membres de la communauté jusqu’au premier tiers du XIXe siècle.

3°) Le Memorbuch de Metz, 1ère Partie, traduit par Simon Schwarzfuchs. Il s’agit des textes complets des nécrologies de juifs décédés à Metz entre 1600 et 1724 environ. Ce texte dactylographié de 127 pages n’a pas été réédité depuis longtemps. Il se trouve sous la réf. B230 dans notre fonds de documentation et plusieurs adhérents en ont des exemplaires personnels. Seules les personnalités les plus marquantes de Metz ont droit à une nécrologie et elles n’y figurent souvent que par leur prénom et celui de leur père. Les spécialistes du CGJ ont néanmoins réussi à identifier la quasi-totalité des personnes concernées.

4°) Le Memorbuch de Metz, 2e Partie (1720-1849). Les nécrologies de cette partie du Memorbuch ont été analysées par Jean-Claude Bouvat-Martin «Tables du Memorbuch de Metz (1720-1849) », CGJ, Paris 2001, 117 p. (Rubrique BOUTIQUE et réf. L194). Grâce aux recoupements avec d’autres sources, ces tables sont assez complètes pour le XVIIIe siècle et faciles à utiliser.

5°) Le livre de Jean Fleury, « Contrats de mariage juifs en Moselle avant 1792 », CGJ, Paris, 3e éd. 1999, 256 pages, (Rubrique BOUTIQUE et réf. L026). Il s’agit d’un recensement effectué chez les notaires de Moselle et qui est donc plus large que la communauté de Metz.

6°) Enfin, si l’on veut comprendre d’où venaient les juifs qui se sont installés à Metz et dans sa région et les rattacher à leurs familles d’origine en Allemagne (le plus souvent), on lira avec profit l’ouvrage de Pascal Faustini « La communauté juive de Metz et ses familles (1565-1700) », (Chez l'auteur 14 bd Hildegarde, 57100, Thionville). 1126 actes notariés (plus exactement les minutes des amandelleries) sont présentés, Quelque 250 signatures en hébreu sont reproduites et traduites. Des sources allemandes permettent de remonter les lignées en Allemagne avant l’installation des familles à Metz. Cet ouvrage remarquable est certainement la référence pour tout le XVIIe siècle. La deuxième édition revue et corrigée de cet ouvrage est parue en juin 2009. Cliquez ici pour plus de détails

7°) En 1808, comme dans tout l'Empire Français, les Juifs de Metz ont dû choisir un nom de famille permanent. Malheureusement seule une partie de la liste des prises de noms a été conservée : cliquez ici.