La généalogie des Juifs de Tunisie

Des communautés juives sont attestées sur le territoire de la Tunisie actuelle depuis deux millénaires, et ce même territoire a accueilli au cours du temps des Juifs venus d'horizons très divers : Cohanim après la destruction du second temple d'après la légende, tribus juives de Cyrénaïque après la révolte du IIème siècle, Juifs de la péninsule arabique aux IXème et Xème siècles, Juifs expulsés d'Espagne en 1492, Livournais au XVIIème siècle, et même quelques Juifs ashkénazes au XIXème siècle - les migrations ont été incessantes.

L'état beylical de l'époque moderne ne tenait pas à proprement parler d'état civil, même si des registres fiscaux datant du XVIIIème siècle et écrits en arabe ou en judéo-arabes sont conservés aux Archives Nationales Tunisiennes. Il faut attendre quelques années après l'établissement du Protectorat en 1881 pour que soient tenus des registres d'état civil comparables à ceux qui existent en France à la même époque.

Pour autant, de nombreuses sources existent, résultant pour la plupart d'interactions de sujets du Bey avec des états étrangers. La France en premier lieu est présente en Tunisie de longue date, grâce au soutien qu'elle apporta à l'empire ottoman lors de sa conquête du pays en 1574. Elle y ouvrit un consulat dont les archives sont amplement conservées et documentées. Les archives du Protectorat sont encore plus fournies et facilement accessibles. L'Angleterre et l'Italie furent également très présentes en Tunisie avant le Protectorat. Des voyageurs comme le Hida au XVIIIème siècle ou J.J. Benjamin II au XIXème rapportent de nombreuses informations, dont quelques-unes sont nominatives. Enfin la littérature rabbinique est abondante, et intéressera plus particulièrement ceux dont l'ascendance comporte un rabbin.

Les principales sources sont recensées ci-dessous.

Archives Nationales

Comme pour de nombreux citoyens français d'origine étrangère, les dossiers de naturalisation sont une source essentielle. Outre les ascendants des naturalisés, on y trouve en général de très nombreux renseignements biographiques et des documents uniques. Le CD-ROM des naturalisations 1900-1960 peut être acheté en ligne, et permettra d'obtenir les références des décrets de naturalisation pour les noms de famille recherchés, ainsi (avec un peu de travail supplémentaire) que des détails sur la famille correspondante. Les références des décrets pourront alors être utilisés pour demander la cote du dossier de naturalisation sur le site web de la Salle des Inventaires Virtuels. Le processus complet est expliqué sur le site web des Archives Nationales.

Archives Diplomatiques

Le Centre des Archives Diplomatiques de La Courneuve en région parisienne conserve des registres d'état civil tunisien indigène et consulaire. Ceux-ci ont été indexés et photographiés par des volontaires du CGJ, nos adhérents les trouveront dans la base BECANE. Le Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN) conserve quant à lui les archives du Consulat de France à Tunis et du Protectorat, qui comprennent de nombreux documents nominatifs. Un programme d'exploitation de ces fonds par une équipe du CGJ est en cours. Sa première publication concerne les protégés israélites du Consulat de France à Tunis (1830-1913), un instrument de recherche qui facilite l'accès à des informations biographiques et généalogiques pour 10 à 12.000 personnes originaires de Tunisie et d'Algérie. On pourra également consulter d'autres relevés importants dans la base REGIE.

Service Central d'Etat Civil

Le Service Central d'Etat Civil (SCEC) peut délivrer des copies d'actes de moins de 100 ans pour les Français nés à l'étranger - ce qui est le cas de nombreux Juifs tunisiens devenus français par naturalisation. La demande peut être effectuée en ligne.

Gallica

Le site web de la Bibliothèque Nationale de France est une ressource très riche, facilement accessible, et totalement gratuite. Il suffit de taper le nom de famille recherché dans le champ de recherche, des centaines voire des milliers de références apparaîtront et permettront la consultation des documents numérisés. Les plus précieux sont les suivants :

Archives Nationales de Tunisie

Les Archives Nationales de Tunisie détiennent de nombreux documents sur la communauté juive tunisienne. Le fonds d'archive du tribunal rabbinique, autrefois entreposé dans les sous-sols du ministère de la Justice, est particulièrement prometteur. Il a été décrit par Inès Charfeddine dans un article paru dans la revue GenealoJ n°121. Toutefois son exploitation est ardue, car la plupart des registres sont rédigés en judéo-arabe tunisien.

Bibliothèque de l'Alliance Israélite Universelle

L'Alliance Israélite Universelle fût très active en Tunisie, et y créa plusieurs écoles. Sa bibliothèque conserve des fonds qui peuvent être utiles aux généalogistes, et dont le catalogue peut être consulté sur RACHEL :

  • Dossiers des personnels de l’AIU en Tunisie – nombreux instituteurs tunisiens
  • Lettres des représentants de l’AIU en Tunisie au siège parisien
  • Comités locaux de l’AIU : adhésions, membres, lettres
  • Rare : listes d’élèves

Autres sources

  • Il est possible de rechercher une tombe au cimetière juif du Borgel à Tunis.
  • Le site israélien Presse Juive du Passé donne accès à des archives numérisées et indexées de périodiques de la presse juive. On pourra facilement rechercher un nom de famille.
  • Voir le bref article sur les annuaires téléphoniques de la Tunisie coloniale.
  • Le dictionnaire biographique d'Albert ARROUAS, Livre d'or, Figures d'hier et d'aujourd'hui, Tunis, 1932, 192 pages, pourra être consulté dans certaines bibliothèques.
  • Trois des dix Registres Matrimoniaux de la Communauté Juive Portugaise de Tunis ont été transcrits et publiés par Robert Attal et Joseph Avivi (voir notre article Bibliographie). Bob Cassuto a publié un index en ligne. Deux registres supplémentaires ont été transcrits et étudiés par une équipe menée par Gilles Boulu et Alain Nedjar dans leur ouvrage édité par le CGJ.
  • Le site Juifs du Kef comprend des indications généalogiques intéressantes sur cette petite communauté du Nord-Ouest de la Tunisie.

Continuer votre lecture par notre article sur la bibliographie des Juifs de Tunisie.

N'hésitez pas à proposer des sources supplémentaires dans les commentaires de cet article.

 

Thierry Samama