Groupe Balkans et Ottomans

Compte rendu de la réunion du 10 janvier 2016

 

Une quarantaine de personnes ont répondu à notre invitation.

 

A cette occasion, Marie-Hélène El Ghouzzi a présenté un résumé détaillé de la conférence donnée par sa belle-sœur, Maryse Choukroun, le 8 juin dernier à Paris, traitant du parcours des Juifs séfarades de l'Espagne à l'Empire Ottoman, de 1492 à la Seconde guerre mondiale, à travers l'histoire de la famille Confino.

L'origine du nom Confino est la première démarche de cette recherche. Cohen se serait transmis au cours du temps et des transcriptions judéo-espagnoles en Cof Coffe Coffen où le H se transcrit en ff  dans les archives notariales dès 1326 à Barcelone et s'explique dans les études de linguistique dès le 19 ème siècle et en 2014. A partir de ces données, la recherche des Cof, Coffe, Coffen dans le royaume aragonais permet de situer l'origine de ces familles Confino qui vont italianiser leur nom à partir de 1492 lors de leur séjour en Italie.

 

Les trois principales voies de migration après l'édit de l'Alhambra le 31 mars 1492 qui les expulse d'Espagne seront 

 

- La première, directe, de Valence vers Salonique et Constantinople par mer pour les plus aisés et les plus chanceux où ils seront accueillis par le Sultan Bayazid II. 20000 juifs arrivent entre 1492 et 1493 à Salonique, ce qui n'est pas sans créer des difficultés.

 

- La seconde plus chaotique de Barcelone, ou Perpignan vers Collioure, puis Marseille et ensuite vers Gênes, Venise et une tentative terrestre bloquée  par le Saint Empire Germanique, pour rejoindre l'Empire Ottoman qui les accueillait. Ils seront obligés, alors, de rejoindre des états italiens plus accueillants pour prendre la mer d'Ancône et Ravenne vers Dubrovnik et Split puis s'enfoncer dans les terres.

 

-La troisième, de Valence vers Naples où les familles Confino pensent rester. Mais l'arrivée du Roi Ferdinand d'Espagne les contraint à fuir vers le port de Bari pour Durres et Vlore en Albanie actuelle.

 

A partir des ces villes, les familles vont prendre  quatre directions principales: celles des Balkans, de la Grèce, de la Turquie et de la Bulgarie où la famille Confino que nous suivons arrive vers 1516.

 

Le parcours a été retracé grâce aux recherches historiques prouvant l'installation de Confino ou Konfino ou Konfina dans les villes de ces  pays, grâce aux pierres tombales retrouvées et étudiées, enfin par la liste des 348 Confino-Konfino-Konfina victimes de la Shoah.

 

La présentation se termine par l'évocation du devenir de ces familles, à l'exemple de la famille d'Albert Confino, grand-père de Maryse Choukroun, qui ont repris la route à partir de 1905-1908 vers la Palestine, les USA, la France dont beaucoup parlaient la langue ayant fréquenté les écoles de l'Alliance Israelite Universelle, ou en y étant enseignants, et l'Amérique Latine. 

 

 

 

Ensuite, de nombreux échanges entre les participants font apparaitre les différentes recherches généalogiques.

 

Monsieur Hasdai a offert au CGJ son livre retraçant l’itinéraire de sa famille.

 

Merci au Mémorial  qui nous a offert des boissons chaudes et froides ainsi que les petits gâteaux. 

 

La prochaine réunion est fixée au 10 avril 2016

de 10h à 12h au Memorial de la shoah.